avril 25, 2020 Camila

Dix compétences en amitié dont chaque enfant a besoin

1. Trouver la bonne « tribu »

L’une des compétences sociales les plus importantes est la capacité à discerner qui peut être un bon ami. Les enfants ont besoin de trouver d’autres enfants les acceptant tels qu’ils sont, les considérant comme leurs égaux, et partageant des intérêts communs. Certains enfants tentent de faire partie du groupe perçu comme « populaire », pour réaliser ensuite qu’ils ne sont pas vraiment les bienvenus. De telles « amitiés » ne sont pas équilibrées ni épanouissantes, et dans les faits, c’est souvent un seul enfant (généralement celui qui n’est pas accepté) qui considère la relation viable et qui s’investit dans celle-ci. Plutôt que d’encourager les enfants à continuer de se forcer dans une amitié ou un groupe où ils ne sont pas appréciés pleinement, aidez-les à découvrir quelle est leur réelle « tribu », qui peut être seulement un ou deux enfants partageant les mêmes choses.

2. Sourire

Notre communication non verbale est puissante. Apprenez à vos enfants que sourire, se tenir droit, établir un contact visuel, et avoir une posture ouverte lorsque l’on s’adresse aux autres permet naturellement aux autres de les percevoir sympathique et ouvert. Les enfants qui pensent que les autres enfants sont « méchants », ou qu’ils les laissent à l’écart, ne se rendent souvent pas compte de la manière dont les autres perçoivent leur effet négatif. Les enfants ont besoin d’apprendre qu’en souriant et en démontrant une attitude positive, plus de personnes seront attirées par eux en tant qu’ami potentiel.

3. Poser des questions

La plupart des enfants adorent parler d’eux-mêmes, et poser de bonnes questions est souvent le point d’entrée pour construire des relations amicales. Réfléchissez avec votre enfant quels types de questions ils peuvent poser. Pratiques-tu un sport ? Qu’aimes-tu faire après l’école ? Quel est ton jeu favori pendant la récréation ? Qu’est-ce que tu manges pour le déjeuner ? Combien de frères et sœurs as-tu ? Qui est ton professeur ? Pratiquez à table durant le dîner, en jouant le rôle d’un ami potentiel et laissez votre enfant commencer en posant quelques questions. Bien sûr, accepter de poser quelques questions signifie également écouter la réponse, et poser des questions supplémentaires qui la suivent. Les enfants (et adultes) qui maîtrisent l’art de poser des questions, d’écouter et de réagir aux
réponses sont appréciés car ils permettent aux autres de parler d’eux-mêmes.

4. Inviter/Rejoindre

Pour qu’une amitié commence, quelqu’un doit se mettre à l’action. Celle-ci peut être une personne qui en invite une autre pour faire quelque chose, ou bien rejoindre quelque chose qu’un enfant ou un groupe est déjà en train de faire. Expliquez ce concept et réfléchissez à des invitations simples et à faible risque : Est-ce que tu veux jouer au basket ou quelque chose d’autre (pendant la récréation) ? Est-ce que je peux m’assoir à côté de toi ? Est-ce que tu veux jouer à chat ? Est-ce que tu veux venir à la maison après l’école ? Une autre manière pour l’enfant de créer des liens est de demander à rejoindre un jeu. L’enfant doit accepter qu’il ne soit pas toujours approprié de le demander car ce ne sera pas bien reçu si cela interrompt le fil du jeu. Il est parfois difficile, au milieu d’un jeu, d’inclure un nouveau joueur. Ainsi, plutôt que de demander à les rejoindre immédiatement, l’enfant peut évaluer ce que les autres sont en train de faire et dire « salut, est-ce que je peux jouer au prochain jeu ? », plutôt que s’imposer à mi-parcours.

5. Partager

Le partage est une compétence sociale importante car, s’il est bien fait, il peut améliorer les relations amicales. Lorsqu’il n’y en a pas ou qu’il est mal fait, il peut servir de répulsif social. Les jeunes enfants ont besoin d’appui pour apprendre à partager les objets – jouets, livres, feutres, etc. En grandissant, les enfants doivent apprendre à partager des informations sur eux-mêmes de manière à ne pas paraître prétentieux, mais plutôt à aider les autres à les connaître. Durant nos vacances l’année dernière, ma famille et moi nous sommes retrouvés dans un Jacuzzi avec un jeune garçon qui n’a pas arrêté de raconter à quel point il était un professionnel au parcours d’obstacles. Il a raconté ses exploits acrobatiques et à quel point il était le « meilleur » pour certaines manœuvres. Mes enfants parlent encore de lui, car la manière dont il se vantait était inoubliable. C’est une leçon pour nous tous. Oui, partagez des informations sur vous afin que les autres puissent vous connaître, mais posez également des questions et écoutez ce que les autres ont à dire. Partager la vedette est une compétence importante. Laissez parfois rayonner les autres.

6. Se réjouir des victoires de ses amis

Répondre positivement aux triomphes des autres est une compétence qui intensifie les amitiés, et des recherches ont également démontré qu’elle améliorait les relations matrimoniales et autres. Si vous pouvez réellement être aussi heureux et excité pour les réussites de votre ami que pour les vôtres, c’est une compétence relationnelle formidable. Lorsque vous vous adressez à des enfants plus jeunes, vous pourriez utiliser l’exemple de ce que vous aviez ressenti quand votre ami vous a battu à une course ou a eu une meilleure note à un examen. Là où la réponse spontanée devrait être la jalousie, célébrer et féliciter votre ami sera formidable pour votre amitié. Lorsque nous célébrons sincèrement les accomplissements des autres, nos relations deviennent plus fortes ; avec un peu de chance, l’ami en question nous rendra la pareille en étant content pour nous et nos réussites.

7. Développer des stratégies d’adaptation pour les émotions difficiles (colère, tristesse)

Dans la recherche pour déterminer quels enfants sont les plus appréciés par leur entourage et quels enfants ne sont pas aimés voire sont rejetés, la difficulté de gérer ses émotions (l’autorégulation) semble être la chose la plus répulsive. Les enfants (et adultes) qui deviennent violents, ou qui réagissent de façon excessive à des situations négatives, ne sont pas faciles à vivre et sont souvent peu appréciés par leur entourage. Par conséquent, il est d’une importance cruciale que les enfants ayant des difficultés à réguler et agir sur leurs émotions apprennent à gérer, de manière constructive, les émotions difficiles. Aidez votre enfant à trouver des stratégies d’adaptation qui fonctionnent.

8. Régler des conflits et résoudre des problèmes sans aller directement voir un adulte

Les enfants qui courent sans cesse après les adultes dès qu’ils sont émotionnellement blessés, ou qu’ils ne peuvent régler un problème avec quelqu’un de leur entourage, ont besoin d’aide pour apprendre à résoudre leurs conflits. Ils ont particulièrement besoin d’apprendre comment réagir face à la taquinerie, aux commentaires désagréables, à la défaite, aux accusations, à l’exclusion, et à la pression de l’entourage. Examiner différentes manières de résoudre les conflits et régler les problèmes peut aider les enfants à développer des compétences relationnelles et des aptitudes nécessaires à la vie quotidienne. Lisez davantage sur les méthodes d’enseignement destinées aux enfants afin d’apprendre à résoudre des conflits.

9. Démontrer de l’empathie

L’empathie est une compétence sociale qui est difficile à enseigner et, dans les faits, difficile à définir. Généralement, l’empathie signifie notre capacité à ressentir les émotions des autres et à imaginer ce qu’ils peuvent penser ou ressentir. La Docteur Gwen Dewar définit les réactions empathiques comme « des compétences sociales de base des adultes », pourtant même les adultes ont des soucis avec celles-ci. Si les adultes ont des difficultés avec l’empathie, à quel point cela peut-il être difficile pour les enfants ! Mais la conscience de soi, l’autorégulation, et la capacité de se mettre à la place des autres sont toutes des qualités que les enfants doivent connaître. Dewar présente dix conseils pour apprendre l’empathie aux enfants, destinés à ceux d’entre nous qui sont embarqués dans ce défi.

10. Adopter la gentillesse

Certains enfants sont naturellement gentils et généreux envers les autres, mais la plupart ont besoin d’aide pour développer leurs « muscles de gentillesse ». Il existe de nombreuses façons d’enseigner la gentillesse. Donner aux autres est un bon début. Complimenter les autres est aussi un bon moyen de faire preuve de gentillesse et une bonne technique pour pratiquer. Besoin de quelques idées de gentillesse ? La fondation Random Acts of Kindness propose des idées formidables pour faire preuve de gentillesse!

Conclusion

Avoir des relations amicales très tôt est essentiel car elles sont une source de joie dans l’enfance, ET les composantes et la pratique pour les futures relations à l’âge adulte. Des relations positives sont les éléments essentiels pour construire une vie heureuse, par conséquent, aidons nos enfants à développer les compétences sociales dont ils ont besoin afin d’avoir de solides relations amicales dès aujourd’hui!

  • Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.